Le PEA, également appelé plan d’épargne en actions, est généralement considéré comme l’une des meilleures façons d’investir. Comment l’ouvrir ? Quelles actions peuvent conduire à sa fermeture ? Sa fiscalité est-elle singulière ? Nous allons aborder ici ces notions et quelques autres pour que le PEA vous semble un petit peu plus familier.

PEA : Le plan d’épargne en actions ne se casse que si l’on en a vraiment besoin
PEA : Le plan d’épargne en actions ne se casse que si l’on en a vraiment besoin

Qu’est-ce qu’un PEA ?

Il s’agit simplement d’un portefeuille d’actions de sociétés européennes vous permettant de bénéficier d’une taxation particulière et même d’exonérations fiscales à long terme. Son objectif est de promouvoir le développement des entreprises européennes. 

Le Plan d’épargne en actions (PEA) a pour but d’inciter les français à devenir actionnaires et comprend des incitations fiscales qui permettent une défiscalisation après 8 ans. Tout comme l’assurance-vie, le PEA est une enveloppe fiscale qui vous donne l’opportunité d’investir sur le marché des entreprises européennes. 

Les impôts ont tendance à réduire les marges de vos rendements, le PEA fait partie des solutions à ce problème. Il faut cependant regarder cet investissement sur le long terme. Il faudra en effet au moins 5 ans, voire 8 ans pour profiter de l’exonération fiscale la plus avantageuse. 

Les avantages d’un PEA ?

Le plan d’épargne en actions comporte de nombreux avantages. Que ce soit en termes de fiscalité, de liquidité ou par sa simplicité de mise en place. Voyons cela de plus près.

Le PEA conserve son régime de faveur applicable après 5 ans

Le PEA peut offrir aux déposants une exonération totale d’impôt sur le revenu (plus-values ​​et dividendes). Seuls les paiements de sécurité sociale doivent alors être payés. Veuillez noter que ce paiement ne s’effectue qu’au moment de la sortie de ce plan d’épargne en actions.

Rappelez-vous que le retrait d’argent entre 5 à 8 ans de détention entraînera la clôture du PEA. En revanche, au-delà de 8 ans, vous pouvez retirer partiellement de l’argent tout en conservant votre PEA et son historique. Ainsi, même si des retraits partiels, ponctuels ou réguliers sont effectués au bout de 8 ans, le PEA peut toujours maintenir et gérer l’exonération fiscale du portefeuille. 

Par rapport au compte titres ordinaire (CTO), cette exonération continue de lui apporter des avantages évidents. Par conséquent, le PEA axé sur les actions reste une enveloppe pour les déposants qui attendent une évaluation à long terme et acceptent des investissements plus ou moins risqués.

Une enveloppe plus flexible que l’épargnant ne l’imagine

De nombreux déposants trouvent que le périmètre d’investissement du PEA est trop limité. Celui-ci est réservé aux actions européennes. Cependant, c’est une conclusion hâtive, car sous certaines conditions et via certaines techniques de gestion, d’autres zones géographiques et même le monde entier sont accessibles via des OPCVM ou des trackers (ou ETF).

Autre preuve de flexibilité : si vous vous inquiétez des tourmentes boursières, vous pouvez même vendre des titres ou parts d’OPCVM avant la période de cinq ans, et le capital restant du PEA peut être utilisé à tout moment pour un réinvestissement.

Le PEA: comment ça marche?

CTO ou PEA ?

La première différence entre un compte titre ordinaire et un PEA est que ces deux supports ne permettent pas d’accéder aux mêmes types de titres. Si le PEA ne permet d’investir généralement que sur des valeurs européennes (UE ou EEE), le compte titre ordinaire (CTO) nous permet de nous placer dans tout le périmètre des valeurs mobilières, y compris le périmètre international :

  • Action ;
  • Obligation ;
  • FCP (Fonds communs de placement) ;
  • SICAV (Société d’Investissement à Capital Variable),
  • Produits complexes : trackers, warrants, etc.

La période d’investissement du plan d’épargne en actions est longue (au moins 5 ans) et à contrario le CTO peut retirer des fonds à tout moment. Concrètement, il est encore possible de se retirer du PEA avant 5 ans mais cela entraînera la perte de ses incitations fiscales et sa fermeture la plupart du temps (sauf justification par un licenciement par exemple). La différence entre CTO ou PEA est donc ici surtout liée à votre besoin ou non de liquidités.

PEA ou assurance vie ?

Ce sont vos besoins et vos attentes qui vous guideront pour choisir l’un ou l’autre. L’assurance-vie est plus flexible et diversifiée avec des avantages notamment en matière d’héritage. Tandis que le PEA peut diminuer les impôts plus efficacement et les frais administratifs sont moins chers.

Il faut savoir qu’il est possible de combiner le PEA avec une assurance vie pour profiter des avantages des deux. La comparaison de ces deux produits d’épargne est une pratique courante, mais au final, ils sont particulièrement complémentaires.

Comment ouvrir un PEA en ligne ?

Avant tout, pour ouvrir un PEA en ligne, vous devrez avoir :

  • Une identification : carte d’identité nationale ou passeport ;
  • Un justificatif de domicile : documents datant de moins de 3 mois, comme les factures d’énergie ou de téléphonie fixe ;
  • Un certificat d’identité bancaire (RIB).

Le PEA peut être complété en ligne via la banque qui vous intéresse. Qu’il s’agisse d’ouvrir un PEA avec Boursorama, le Crédit Agricole, la Caisse d’Épargne, le Crédit Mutuel ou la Société Générale, c’est grosso modo la même chose. Quelle que soit la banque que vous choisissez, la limite sera la même et les conditions de souscription seront les mêmes. Les seules choses qui vont changer sont les frais, le service client, etc.

L’ouverture du PEA nécessite le soutien de consultants en gestion de patrimoine (CGP), de consultants en investissement financier (CIF) ou de courtiers.

Pour l’ouverture d’un PEA en passant par un intermédiaire, voici la procédure à suivre :

  • Audit patrimonial : il s’agit de la base pour vous permettre de comprendre la pertinence ces investissements,
  • Définition du profil de risque : En fonction de l’audit, le consultant dressera un portrait robot de l’investisseur que vous êtes pour vous dire à quel type vous appartenez,
  • Confirmer ou rejeter la pertinence de l’ouverture d’un plan d’épargne en actions.

Le PEA-PME

La principale différence entre PEA et PEA-PME est le type d’investissement. Pour être éligibles au PEA-PME, les titres doivent présenter les mêmes caractéristiques que les PEA, avec une restriction supplémentaire : les titres participatifs doivent impliquer des PME et des entreprises de taille moyenne (ETI).

Ces entreprises sont définies comme des sociétés de moins de 5.000 salariés, présentant un chiffre d’affaires inférieur à 1,5 milliard d’euros ou d’un bilan total inférieur à 2 milliards d’euros. Pour les sociétés cotées en bourse, deux conditions ont été ajoutées : la valeur de marché est inférieure à 1 milliard de dollars et aucune personne morale au capital ne détient plus de 25 % des actions. 

Depuis la loi Pacte, les fonds PEA-PME peuvent également être investis dans des fonds de participation et des titres de créance pour obtenir le capital de la société émettrice : obligations convertibles en actions et obligations remboursables en actions.

La limite de paiement est de 225 000 euros. Il peut être combiné avec un PEA bancaire ou d’assurance, mais la somme des deux ne peut excéder 225 000 euros.

Le résumé en 3 questions

Qu’est-ce qu’un PEA ?

Le PEA, ou plan d’épargne en actions, est un portefeuille d’actions visant à investir dans le développement des entreprises européennes. 

Les avantages d’un PEA ?

La fiscalité du plan d’épargne en actions est très avantageuse. La simplicité de sa mise en place et de sa gestion est également très appréciée des investisseurs.

Qu’est-ce qu’un PEA-PME ?

La principale différence entre PEA et PEA-PME est le type d’entreprise dans lesquelles on investit. Le PEA-PME va se concentrer sur les PME et les entreprises de taille moyenne (ETI).

Pin It on Pinterest