Faut-il déclarer au fisc ses gains en crypto-monnaie ?

À ne pas manquer

C’est quoi la stratégie DCA ? Quand l’utiliser ?

La méthode du “Dollar Cost Averaging” (stratégie DCA) est un investissement qui vise à réduire l’impact de la volatilité sur les investissements.

Comment investir dans une entreprise ?

Investir dans une entreprise est souvent une excellente solution pour faire fructifier son argent. Comment investir ? Quelle entreprise choisir ?

Qu’est-ce que les Dividend Aristocrats ? Y en a-t-il encore en France ?

Nous vous expliquons ici quels sont les critères des dividend aristocrats et pourquoi investir dans ces dividendes-là. Restez jusqu’au bout !

Comment investir dans un fonds commun de placement ?

Fonds commun de placement : Avantages et inconvénients de ce type d'investissement. L'essentiel à savoir pour débuter avec les FCP.

Les différentes sociétés par actions

Vous voulez connaître les différentes sociétés par actions ? Découvrez ce qu’il faut connaître à leur sujet et leurs différentes sous-catégories.

Si investir en cryptomonnaie est une idée intéressante pour générer des revenus passifs, il est aussi important de comprendre la fiscalité associée à cette forme d’investissement. Effectivement, les gains dont vous bénéficiez via un investissement sur ces actifs numériques sont soumis aux impôts. Dans quelle mesure ? Quelle fiscalité s’applique à la cryptomonnaie en France ? Nos réponses.

La déclaration des bénéfices générés en cryptomonnaie, un impératif légal

Si la jurisprudence et les législateurs travaillent encore à harmoniser et renforcer la fiscalité applicable aux actifs numériques en France, certaines bases sont déjà claires. Par exemple, la déclaration des gains réalisés en euros sur le commerce de cryptomonnaie est obligatoire depuis 2020. Cette obligation est établie par l’article 150 VH bis du Code Général des Impôts.

Selon cette page Actu Crypto.info, vous pouvez en savoir plus sur vos obligations en matière fiscale en tant qu’investisseur en actifs numériques. Via ces sources, vous saurez par exemple qu’un échange d’une cryptomonnaie à une autre n’est soumis à aucune imposition. C’est dire que l’imposition n’est envisageable que lorsque vous cédez une cryptomonnaie contre une somme d’argent ou pour acheter un bien, un service ou un produit.

Le calcul et la déclaration des plus-values en cryptomonnaie

Si la déclaration des gains en actifs numériques est obligatoire, encore faut-il savoir sur quelle base les plus-values sont calculées. La législation en ce sens stipule que « la plus-value équivaut à la différence entre le prix de cession et le produit du prix total d’acquisition de l’ensemble du portefeuille d’actifs numériques, multipliée par le quotient du prix de cession sur la valeur globale de ce portefeuille ». Pour faire plus succinct, la plus-value est calculée via la formule : plus-value d’une cession = prix de cession – [prix total d’acquisition x (prix de cession/valeur globale du portefeuille)].

Pour ce qui est de la déclaration d’impôt, elle se fait en remplissant trois différents formulaires. Selon les cas :

  • le Cerfa N° 2086 pour les opérations de cessions pour déterminer les bénéfices imposables,
  • le Cerfa N° 2042 C avec les cases 3 AN ou 3BN respectivement plus les plus-values et les moins-values,
  • le Cerfa N° 3916 bis pour un compte cryptomonnaie détenue sur une plateforme basée à l’étranger.

gain en crypto monnaie

À noter qu’aucune déclaration n’est nécessaire pour les cessions inférieures à 305 euros sur une année. En cas de moins-value, aucune déclaration n’est nécessaire non plus. Ainsi, si vous manquez à vos obligations déclaratives, vous êtes passible d’une amende de 1 500 euros selon le CGI.

Il prévoit aussi une majoration à 40 % du taux d’imposition, en cas de défaut de déclaration ou de correction sous 30 jours d’une erreur de déclaration. En cas de manœuvre frauduleuse pour tromper le fisc, la majoration peut atteindre 80 %.

Le taux d’imposition des cryptomonnaies

Pour les plus-values sur cryptomonnaies réalisées occasionnellement, c’est le prélèvement forfaitaire unique (flat tax) qui s’applique. Il est de 30 % réparti comme suit : 17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % d’impôt. Pour l’heure, ces plus-values ne sont pas soumises au barème progressif de l’IR.

Cette possibilité reste tout de même envisageable dans les années à venir, à la faveur du projet de loi des finances 2022. Le barème progressif pourra alors s’appliquer à partir du 1er janvier 2023, c’est-à-dire pour les déclarations d’impôt de 2024 pour les gains générés en 2023.

Plus d'articles

Articles récents

Obtenir le meilleur taux pour un crédit : conseils et astuces

Dans un contexte économique en constante évolution, il est essentiel de connaître les différentes options pour obtenir un financement avantageux. Que ce soit pour...

Comment le prix de l’or est-il fixé ?

L'or a longtemps été considéré comme une valeur refuge en temps d'incertitude économique, avec un historique remontant à des milliers d'années. Comprendre les mécanismes...

La fiscalité des dividendes selon les comptes d’investissement en France

Si vous êtes actionnaire d'une entreprise, qu'elle soit cotée en bourse ou non, française ou étrangère, et que cette entreprise réalise des bénéfices, vous...

Quel rendement un investissement en SCPI peut-il offrir ?

La SCPI ou pierre papier, désigne un investissement immobilier locatif axé sur le long terme et offrant des revenus potentiels aux investisseurs associés. Ces...

Rachat de crédits : devez-vous payer pour les services d’un courtier ?

L'engagement dans une opération de rachat de crédits peut soulever diverses interrogations, notamment celle du recours à un courtier. Expert en négociation de prêts,...

Pin It on Pinterest